Soupe au caillou - Bulletin du Collectif




Depuis quelque temps, pas une journée ou presque ne passe sans apporter son lot de rumeurs : tel programme devra être amputé, tel service sera dorénavant soumis à une tarification, tel autre va devoir subir d’importantes compressions budgétaires, tel autre encore est carrément appelé à disparaître. Bref, le Québec est entré de plain-pied dans une ère d’austérité.




Comme plusieurs pays, villes et régions du monde, le Québec soulignera ce vendredi la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

L’édition 2014 de cette Journée, dont le thème est « Ne laisser personne de côté : réfléchir, décider et agir ensemble contre la misère », a quelque chose de particulier au Québec. En effet, elle tombe pile-poil le troisième vendredi d’octobre, date à laquelle se tient, depuis maintenant 25 ans, la Nuit des sans-abri.




En vue du prochain plan d’action gouvernemental en matière de lutte
à la pauvreté, attendu d’ici la fin de l’année 2015, le Collectif mène une
série d’actions visant à interpeller le gouvernement. C’est dans le cadre
de cette série d’actions que le 29 mai dernier, des cloches ont sonné dans une douzaine de régions du Québec.




Dans une visée d’éducation populaire et de partage d’informations que le Collectif a remis un questionnaire aux quatre partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, afin de connaître leur vision quant au prochain plan d’action en matière de lutte à la pauvreté ainsi que leurs positions sur divers sujets liés à la pauvreté, aux inégalités et aux préjugés. Voici leurs réponses.




C’est bien connu, la lutte à la pauvreté est un enjeu peu abordé lors des campagnes électorales. Par sa campagne « Parlons pauvreté », le Collectif veut justement pallier cette lacune en rappelant aussi souvent que possible cet enjeu crucial dans les médias et les débats publics.




À l’approche du temps des Fêtes, le Collectif a lancé une grande campagne de sensibilisation, qui prend la forme d’une distribution de cartes de Noël à la grandeur du Québec.

Précisons tout de suite une chose. Ce ne sont pas de vraies cartes de Noël, même si elles en ont tout l’air.




Le Collectif invite les QuébécoiSEs à profiter de la campagne électorale municipale pour questionner les candidatEs sur ce qu’ils et elles comptent faire pour lutter contre la pauvreté, les inégalités et les préjugés s’ils et elles sont éluEs le 3 novembre prochain.




Madame la Première Ministre,

Il y a quelques semaines, vous affirmiez, à la sortie du caucus du Parti Québécois, que votre gouvernement miserait davantage sur l’identité, la prospérité et la solidarité, et ce, dès la rentrée parlementaire. Déjà, que vous décidiez de tabler sur la solidarité constitue une excellente nouvelle. Toutefois, selon le Collectif, ce qui compte, c’est évidemment la manière de le faire.




Partout où la tournée s’est arrêtée depuis septembre dernier, des propos semblables se sont fait entendre : la pauvreté « magane », les inégalités s’accroissent et les préjugés enveniment toute discussion sur celles-ci ou celle-là. La région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ne fait pas exception.




La ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, a annoncé en conférence de presse le 28 mai dernier qu’elle allait de l’avant avec son projet de modification au règlement d’aide sociale […]




Le 9 avril dernier, à la veille d’une conférence de presse du Collectif, la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, a convoqué les représentantEs des médias pour faire le point sur son controversé projet de modification au règlement d’aide sociale.




Les coupes proposées par la ministre Maltais sont aussi inacceptables qu’indécentes. La population du Québec doit agir dès maintenant pour éviter que les plus pauvres fassent les frais d’un retour précipité à l’équilibre budgétaire.