Revenu disponible, 2015

Des améliorations du revenu des QuébécoisEs, mais un accroissement de l’écart avec celui des autres CanadienNEs

L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) publie annuellement des données sur le revenu disponible des habitantEs du Québec. Les données pour l’année 2015 ont été publiées en mars 2017.

Le revenu disponible représente le « revenu qui reste à la disposition des particuliers pour la consommation finale de biens et de services ainsi que pour l’épargne volontaire ».

L’ISQ trace le portrait du revenu disponible par habitantEs au Québec en comparaison avec celui des habitantEs des autres provinces. Il présente également des données pour les régions administratives du Québec, ainsi que pour différentes MRC (municipalité régionales de comté) et régions métropolitaines de recensement (RMR).

En voici les faits saillants.

  • Selon les données provisoires, le revenu disponible par habitant a progressé au Québec de 1,9 % en 2015 en termes réels. Même si la croissance du revenu s’est intensifiée, elle demeure toutefois inférieure à celle observée dans l’ensemble du pays (2,5 %).
  • Le Québec se situe au dernier rang des provinces et territoires canadiens avec un revenu disponible de 26 857 $.
  • L’écart de revenus entre le Québec et le reste du Canada s’accentuent. Alors que le revenu du Québec correspondait à 87,3 % de celui du Canada en 2005, il n’en représentait que 82,3 % en 2015. Le Québec perd du terrain pour deux raisons principales : d’une part, les revenus de travail y progressent moins rapidement que dans le reste du Canada et d’autre part, la proportion en âge de travailler en regard de la population totale diminue plus rapidement au Québec qu’ailleurs au pays.
  • Sans les transferts qu’effectuent les différents paliers de gouvernement (aide sociale, prestations d’assurance-emploi, rentes de retraite, crédits d’impôt remboursables, etc.), la différence de revenu entre le Québec et le reste du Canada serait encore plus grande.
  • En 2015, les habitantEs du Québec ont reçu en moyenne 1 063 $ de plus en transferts que les autres CanadienNEs.
  • Les QuébécoisEs paient aussi plus d’impôts, en cotisations sociales et autres transferts aux gouvernements que les autres CanadienNEs.
  • Si on regarde les transferts nets (transferts payés par les particuliers aux gouvernements MOINS les transferts reçus par les particuliers par les gouvernements, on constate que les transferts occupent une proportion moindre du revenu des QuébécoisEs (12,2 %) que des autres CanadienNEs (13,8 %).
  • Pour les données régionales, consulter les tableaux aux pages 4 à 8.

Créé le14 mars 2017
Dernière modification14 mars 2017

FileDownload

Téléchargement