Sondage

Droits de la personne et diversité

Mise en contexte

Cette étude, qui s’appuie sur un sondage auprès de 1 500 répondantEs, a été menée à la demande de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. "Elle vise à mesurer le rapport des Québécois à la diversité qui caractérise aujourd’hui la société québécoise et interpelle par extension les valeurs inscrites dans la Charte des droits et libertés de la personne, adoptée il y 40 ans, en 1975." (p.2) Après avoir présenté quelques constats généraux, les auteurEs du rapport abordent les principaux motifs de discrimination (le problème de la discrimination sexuelle, ainsi que le rapport au fait religieux, à la diversité ethnique, à l’égard des minorités visibles, au handicap et à la diversité des conditions sociales), en se basant sur la perception des QuébécoisEs sur différents groupes de la société.

Quelques résultats

  • 18,6 % des personnes interrogées ont dit avoir été victimes de discrimination au cours des dernières années, et ce, tout particulièrement dans leur milieu de travail (p.9-10).
  • Une proportion inquiétante des répondants croient que le Québec est une société trop égalitaire : 28 % croient que "le Québec irait mieux si on était moins préoccupé par l’égalité des gens", 37,4 % croient que "nous sommes allés trop loin en favorisant l’égalité des droits dans ce pays" (p.7). Près de 50 % croient que les inégalités sont inévitables dans la société (p. 22 et 70).
  • Alors qu’entre 84 % et 91 % des répondantEs ont une opinion positive des personnes ayant un handicap, des personnes de couleur et des personnes homosexuelles, seulement 50,9 % des répondantEs ont une opinion positive des personnes assistées sociales (p.11).
  • L'enquête démontre également que l'opinion négative des répondants est en partie due à une méconnaissance de la situation réelle des personnes qu'elles jugent. Par exemple, les préjugés tendent à s'estomper lorsque les répondants ont eu plus souvent l'occasion d'être en contact avec des personnes assistées sociales: alors que 57% des personnes qui n'ont jamais de contact avec les personnes assistées sociales en ont une opinion négative, cette proportion diminue à 45% chez celles qui ont des rapports fréquents avec elles (p.73).

Créé le25 janvier 2016
Dernière modification27 juin 2016

File

Téléchargement