Campagne

La MPC (révisée!): un minimum

Statistique Canada vient de réviser la Mesure du panier de consommation (MPC). Pour respecter ses engagements du Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale, le gouvernement du Québec devrait tenir compte de cette révision. Comme il n’a pas encore confirmé qu’il le fera, le Collectif vous invite à participer à une campagne pour mettre un peu de pression sur le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

La Mesure du panier de consommation (MPC)

La MPC indique le revenu nécessaire pour qu’une personne ou une famille puisse se procurer un ensemble de biens et de services prédéfini, censé représenter ce qu’il faut pour couvrir ses besoins de base. Elle est calculée selon la région, la taille de la municipalité et le nombre d’individus dans le ménage. Elle comprend cinq éléments: l’habillement, l’alimentation, le logement, le transport et les autres nécessités.

À noter que, depuis le printemps 2019, la MPC est considérée comme le seuil de pauvreté officiel par le gouvernement fédéral. Le Collectif pour un Québec sans pauvreté dénonce cette décision, car la simple couverture des besoins essentiels est insuffisante pour sortir de la pauvreté. La MPC ne représente qu’un minimum.

La révision de la MPC

En septembre 2020, au terme d’un vaste processus de consultation, Statistique Canada a officialisé la révision complète des seuils de la MPC (base de 2018).

Par exemple, pour 2018, le montant nécessaire à la couverture des besoins de base à Montréal passe de 17 820 $ à 20 080 $ pour une personne seule et de 35 640 $ à 40 160 $ pour une famille de quatre personnes.

L’augmentation s’explique en bonne partie par une nouvelle façon d’évaluer les coûts liés au logement.

Des engagements minimalistes

Depuis 2009, la MPC sert de repère au Québec pour suivre les situations de pauvreté du point de vue de la couverture des besoins de base.

Avec le troisième plan de lutte contre la pauvreté, publié en décembre 2017, le gouvernement du Québec s’est engagé à augmenter les prestations des personnes assistées sociales pour leur permettre de couvrir, d’ici janvier 2021, un certain pourcentage de la MPC :

  • 55,1 % de la MPC pour les personnes seules à l’Aide sociale;
  • 77,6 % de la MPC pour les personnes seules à la Solidarité sociale;
  • 90,1 % de la MPC pour les personnes seules à la Solidarité sociale 66/72 (les personnes admissibles au futur programme de Revenu de base).

Il va sans dire qu’il s’agit là d’engagements minimalistes. Donner moins que le minimum reconnu, c’est compromettre la santé et la dignité des gens.

Nos 2 questions au gouvernement

1. Pouvez-vous assurer aux personnes assistées sociales que leur revenu disponible leur permettra, au 1er janvier 2021, de couvrir au minimum :

  • 55,1 % de la MPC révisée à l’Aide sociale?
  • 77,6 % de la MPC révisée à la Solidarité sociale?
  • 90,1 % de la MPC révisée à la Solidarité sociale 66/72?

2. Comme les cibles du 3e plan de lutte contre la pauvreté sont nettement insuffisantes, et comme aucune augmentation des prestations d’aide sociale ou de solidarité sociale n’est prévue au-delà de 2021, comment prévoyez-vous augmenter le revenu des personnes à l’Aide sociale et à la Solidarité sociale dans les prochaines années pour au moins leur permettre d’atteindre la MPC (révisée!)?

Participer à la campagne

Pour participer à la campagne La MPC (révisée!): un minimum, le Collectif vous invite à écrire au ministre Jean Boulet. Vous pouvez utiliser CETTE LETTRE qui est prête à être envoyée en quelques clics. En option, vous pouvez y faire l’exercice du Budget impossible et ajouter un petit mot personnalisé pour le ministre.

Pour écrire au ministre au nom de votre organisation, vous pouvez utiliser cette version de la lettre (à télécharger en format Word).