7 décembre 2023 Lettre ouverte

L’insécurité alimentaire nourrit notre indignation!

En cette journée de la guignolée des médias, soyons indigné·es !

Indigné·es que des personnes ne parviennent pas à manger à leur faim au Québec et que d’autres doivent faire la quête pour se nourrir.

Lettre publiée dans la section “Faites la différence” des médias de Québecor le 7 décembre 2023

Indigné·es que le réseau des Banques alimentaires du Québec, cette année, ait dû aider chaque mois plus de 872 000 personnes (soit près de 10 % de la population québécoise !) et distribuer plus de 681 000 paniers de provisions (soit le double par rapport à 2019).

Indigné·es que les personnes assistées sociales et les travailleurs et travailleuses au bas de l’échelle comptent respectivement pour 44,2 % et 18,5 % des gens qui visitent chaque mois une banque alimentaire.

Indigné·es, surtout, que le gouvernement refuse d’assumer ses responsabilités en matière de lutte contre l’insécurité alimentaire et s’en décharge plutôt sur les organismes communautaires.

Indigné·es que le gouvernement ait lancé un appel à la charité « pour contribuer à la lutte contre l’insécurité alimentaire du Québec ».

Indigné·es que le gouvernement n’accorde pas des prestations d’assistance sociale qui permettent aux personnes de combler leurs besoins de base.

Indigné·es que le gouvernement condamne les personnes travaillant à temps plein au salaire minimum à vivre dans la pauvreté.

Indigné·es que le gouvernement, dans sa dernière mise à jour économique, n’ait présenté aucune mesure pour améliorer le revenu des personnes les plus pauvres de notre société.

Indigné·es que le gouvernement ait choisi d’accorder une baisse d’impôt qui privera le trésor public de la rondelette somme de 9,5 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, laquelle baisse d’impôt profitera davantage aux plus riches qu’aux plus pauvres.

Indigné·es, nous le serons moins le jour où le gouvernement assumera enfin ses responsabilités et déploiera toute son énergie à lutter contre l’insécurité alimentaire en augmentant le revenu des personnes en situation de pauvreté.

D’ici là, reconnaissons et saluons le travail essentiel effectué par les organismes communautaires offrant de l’aide alimentaire.

 

– Lettre de Virginie Larivière, porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté

Document relié